Hogwarts' Tomorrow

Hogwarts' rebirth
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tamara O. Fitzgerald, Métamorphose

Aller en bas 
AuteurMessage
Tamara O. Fitzgerald
Professeur de métamorphose
Tamara O. Fitzgerald

Messages : 32
Date d'inscription : 19/12/2007

Feuille de personnage
Maison:
Fonction: Sorcier du monde
Matière préférée:

MessageSujet: Tamara O. Fitzgerald, Métamorphose   Mer 26 Déc - 4:09

FICHE D'IDENTITE

Nom :
Fitzgerald
Prénom : Tamara Onenn
Age : 25 ans, née le premier avril 1977 (à croire que c'était une blague...)
Nationalité : Cornouaillaise (si, ça existe !), plus communément, Britannique
Lieu de naissance : Falmouth (Cornwall)
Lieu de résidence : idem
Famille : sang-mêlée, mère sorcière, père non sorcier
Père : Edward Fitzgerald, militaire de carrière, décédé en mission en mars 1996
Mère : Vivian Fitzgerald née Morgan, astrologue à ses heures perdues, professeur de chant de profession disons plus... classique, décédée en octobre 1993
Frères, soeurs : aucun
Autres personnes importantes : Sa grand-mère, Moira, décédée en août 1982

FICHE SORCIER

Âge auquel vous avez arrêté l'école : Comme tout le monde, après les ASPICs, elle avait 18 ans
Ancienne maison : Poufsouffle, évidemment

FICHE SIGNALETIQUE

Description physique :
Cheveux : roux de nature, et bouclés, elle les colore en un rouge flamboyant, et les laisse retomber en cascade dans son dos ou les maintient en chignons extravagants. Parfois un peu des deux, parfois des couettes volumineuses de chaque côté de son visage... Bref, peu importe en fait, tant qu'elle peut jouer avec
Yeux : un vert éclatant, pétillant de malice, enfin, quand ils gardent leur couleur naturelle... ils passent sinon du noir moucheté d'argent au mauve, au bronze flamboyant, au bleu profond, etc. selon son humeur...
Taille : 1m52
Poids : 41 kg

Tout petit bout de bonne femme aux tenues extravagantes alliant souvent les coupes de la renaissance aux bijoux les plus « kitch » possibles, elle ne passe pas inaperçue, malgré sa silhouette menue. D’autant que ses couleurs de prédilections sont le blanc, le vert pomme, le rose et l’orange… Pas tous en même temps, je vous l’accorde. Quoi que porter une grande robe verte, pleine de froufrous et de dentelles, et des gants de soie orange vif, ça ne la choque guère…
Elle a un air espiègle et gai sur le visage 99% du temps, et c'est plutôt mauvais signe quand elle change d'expression. Lorsqu'on la voit se déplacer, ou exécuter quelque mouvement que ce soit, elle a des airs de danseuse, et de fait, on dirait qu'elle est perpétuellement intégrée dans un ballet. Ses tenues n'en rajoutent qu'un peu plus à l'aspect théâtral du personnage et sa voix cristalline accentue encore l’aspect « poupée » qu’elle peut avoir par ses pommettes roses et son teint pâle.

Description mentale :
Elle est folle ! C’est une des premières idées qui peuvent passer par l’esprit quand on rencontre Tamara (Tam pour les intimes, mais rares sont ceux qui souhaitent l’être), pour la première fois. Elle passe d'un sujet à l'autre sans lien visible – ou s'il en existe un, elle seule le comprend – sourit, voire rit sans qu'on sache trop pourquoi. On la prendrait facilement pour une simple d'esprit, et elle se plaît à faire croire à cela.
Pourtant, c'est une jeune femme très intelligente qui comprend très vite ce qui se déroule autour d'elle et fait preuve de beaucoup d'empathie. Elle est dotée d’une excellente mémoire aussi bien visuelle qu’auditive, et reconnaît à coup sûr les gens qu’elle a déjà rencontrés à leur visage et/ou à leur voix. Une imagination débordante alliée à sa bonne mémoire font que tout ce qu’elle a lu est ancré dans son esprit comme si elle l’avait elle-même vécu, et elle relate tout avec passion. Enfin tout ce qui l'a un tant soit peu intéressée.
Elle est manifestement dotée d’un don inné pour le théâtre, la comédie et la danse… Tous les arts dramatiques en quelque sorte, puisque notre excentrique chante aussi à ses heures perdues. On entend alors parfois des notes retentir dans les couloirs, et elle se déplace souvent comme perchée sur des pointes de danse classique, virevoltant parfois sans crier gare…

Particularité :
En dehors de sa tendance à porter des couleurs aberrantes associées ensemble et de sa petite taille, rien de bien particulier... à moins qu'il ne s'agisse de sa qualité d'animage ? Ou de la couleur de ses yeux, changeant selon son humeur ? Un temps, on a cru qu'elle était métamorphomage, mais non, tout le reste est immuable en forme humaine, sauf ses prunelles pétillantes de malice.
Ou peut-être est-ce son ambidextrie, comme il fallait qu'elle soit droitière d'après Papa, et que dès qu'elle a commencé à dessiner, tenir ses couverts, et qu'on a noté sa prédisposition pour la main gauche, il l'a quelque peu forcée à utiliser l'autre. Depuis, elle utilise indifféremment l'une ou l'autre.

Petit lexique oculo-chromatique (ouais j'aime bien inventer des mots)
Vert vif, brillant : normal
vert olive, plus pâle : malice
mordoré : séduction
marron rougeâtre : colère
noir étoilé de gris clair : curiosité
bleu foncé : tristesse
bleu turquoise : joie
mauve pâle : émoi
indigo : peur
pairs : perplexité


POUR LA PETITE HISTOIRE

Avant Poudlard :
Tamara est née à Falmouth comme une non-sorcière, dans une clinique réputée pour son département maternité. Entourée de sa grand-mère, de sa mère et de son père, elle a grandi dans la campagne avoisinante comme toutes les petites filles de son âge, fréquentant tout d'abord la crèche et la maternelle de la commune, puis l'école primaire de Falmouth où Maman l'emmenait tous les jours en voiture. A cinq ans, elle a commencé les cours de danse classique, juste après l'enterrement de sa grand-mère, pour laquelle elle a beaucoup pleuré, malgré son jeune âge. A sept, ce fut l'initiation au théatre... Une vraie artiste en herbe, et une enfance somme toute banale, pour une fillette normale, un peu étrange peut-être pour une fille de sorcière. Le fait est que Vivian n'avait jamais révélé jusque-là à son époux l'existance du monde sorcier.

La lettre qui fit tout basculer :
Evidemment, Maman fut bien obligée d'expliquer à son cher et tendre époux - militaire et sceptique au possible ! - ce qu'était le monde magique quand les yeux de sa fillette, un soir comme les autres, se mirent à subitement changer de couleur. Mais Edward n'y croyait pas, ça n'était tout simplement pas possible, et l'enfant vit nombre de médecins qui ne décelèrent pas la moindre anomalie, avant que le sujet de ses prunelles changeantes ne tombe dans l'oubli - ou plutôt le tabou - total au sein de la famille. Jusqu'à ce que la fameuse lettre arrive, à la grande joie de Vivian, bien qu'elle manquât de faire tomber Edward d'une crise cardiaque. Car pour le lui expliquer, le lui démontrer par a + b, il avait fallu que Maman use de ses propres talents sous ses yeux. Elle expliqua ensuite en détail à sa fille, curieuse comme tout, ce qu'était l'école où elle irait, et ce fut toutes les deux - Papa refusant tout d'abord d'approcher ce monde bien trop étrange pour son esprit cartésien - qu'elles entamèrent les courses pour l'entrée à Poudlard.

Tam s'émerveillait de tout, et, déjà petite, jouait de tout. Maman disait que c'était dans sa nature, de détourner les choses, de se jouer du monde, c'était normal, vu ses ascendants astrologiques. Elle n'y comprenait rien, elle, à ses histoires de bélier, de serpent, et d'elle ne savait plus trop quoi encore, mais une chose était sûre : elle avait de quoi s'amuser pour des siècles à présent ! Seul hic, ces tenues informes et surtout, d'un noir d'encre. Elles lui rappelaient l'enterrement de grand-mère, et tout d'abord, elle refusa de les mettre. Maman les fourra quand même dans sa valise, avec les nombreux ouvrages aux noms plus intriguants les uns que les autres, et avec sa baguette, d'acajou, presque aussi flamboyante que ses cheveux, contenant une tout petite écaille de caméléon. L'enfant n'avait pas eu le droit d'y toucher, et attendait avec impatience le moment où elle pourrait essayer de s'en servir. Papa, lui, restait en retrait, et il ne les accompagna pas à la gare, pour le premier trajet en Poudlard Express. Tam en fut un peu déçue, mais à peine était-elle montée dans le train qu'elle oublia bien vite l'absence de son père pour se focaliser sur tout ce qu'elle pourrait y découvrir.

Années à Poudlard :
Du train à la locomotive rouge, au trajet en barque sur le lac, au château, à la grande salle, au choixpeau, aux mets étranges, Tam dévorait tout des yeux, excitée comme jamais par ce monde complètement inconnu pour elle jusque-là. Certains de ses camarades de première année semblaient effrayés ; elle, elle arborait un grand sourire et ses prunelles bleu nuit mouchetées de paillettes argentées, comme si un mimétisme étrange les avait rendues semblables au ciel visible à travers le plafond enchanté au dessus de leur tête, dévoraient tout. Poudlard devint bien vite le terrain de jeu de l'enfant, qui s'amusait de tout et de tous, professeurs et élèves indistinctement. Elle apprit très vite à maîtriser le sort protego pour éviter certaines représailles, bien qu'elle n'eut rien d'un génie en Défense Contre les Forces du Mal ou Sortilèges et Enchantements. Quoique, lorsque ça pouvait donner de jolies choses, elle apprenait très vite : Orchideous, Avis, Peintenlair et Lancétincelles, faire apparaître bon nombre de choses colorées, ça, elle savait faire en moins de deux. Attaquer, par contre, elle avait beaucoup plus de mal.

Foncièrement, elle restait une gentille fille, et si elle s'amusait de tous, et enfreignait parfois - souvent ? - les règles, ça restait bon enfant... Elle adora dès le premier jour les cours de Vol, où elle démontra presque tout de suite une certaine virtuosité. Sa petite taille la destinait à un rôle d'attrapeur, mais elle était trop anticonformiste et réfractaire à l'autorité pour pouvoir rester dans l'équipe et obéir aux directives du capitaine. Elle ne vola donc dès lors que pour le plaisir, et d'ailleurs, que pouvait-on demander de mieux ? Le professeur Flitwick qualifia un jour sa magie de défensive et artistique. Elle avait souri, et fait apparaître de jolies boules dorées et bleu roi dans la salle. Après ça, elle avait souvent été réquisitionnée pour la décoration de la Grande Salle (ce qui était autant un mal qu'un bien car sa conception des mélanges de couleurs n'était pas toujours de l'ordre de l'ordinaire... et qu'il devait souvent reprendre une partie de son travail pour le rendre quelque peu plus sobre).

La plupart des professeurs regrettaient sa dissipation et son manque de concentration. Pourtant, lorsqu'un sujet l'intéressait, elle pouvait obtenir de très bon résultats. Le Professeur McGonagall la reprenait souvent sur ce point, mais ne pouvait guère pousser plus avant ses réprimandes : ses résultats en métamorphose étaient excellents. Et pour cause. Miss Fitzgerald développa très tôt un don pour l'animagie, que la directrice des gryffondors aida à canaliser tout en mettant la jeune fille en garde : ça n'était pas un pouvoir ordinaire, et ça restait très contrôlé par le Ministère de la Magie. Ca c'était beaucoup moins drôle... C'est Maman qui avait été surprise : elle s'était attendue, au vu de ses prunelles changeantes, à ce qu'elle soit déclarée métamorphe, et pourtant, ce fut vers l'animagie que ses dons la dirigèrent, sous la forme d'une hermine. Avec un sourire, elle avait déclaré que sa fille l'étonnerait donc toujours... Ce qui n'était pas loin de la vérité.

Car contrairement, à ce qu'on pourrait croire vu son manque de concentration habituel, elle réussit même à créer plutôt facilement son premier patronus après ses BUSEs, qui prit la forme - ô surprise - d'une hermine. L'animal devint son emblème, comme elle se plaisait à le répéter, et elle se fit offrir un pendentif représentant la petite bête qui ne la quitta plus par la suite. Ses résultats aux BUSEs avaient surpris, ses résultats aux ASPICs surprirent plus encore professeurs et camarades, qui s'étaient attendus à la voir recalée dans bien des matières. "Il y avait des sujets rigolos", répondit-elle à ceux qui s'étonnaient d'abord de seulement quatre échecs aux BUSEs, puis de ses trois notes optimales aux ASPICs (il ne fallait pas lui demander de créer de jolies choses aussi... c'était trop facile).

Résultats aux BUSEs
Astronomie : Piètre
Botanique : Acceptable
Défense Contre les Forces du Mal : Acceptable
Divination : Troll
Etude des Moldus : Optimal
Histoire : Désolant
Métamorphose : Optimal
Potions : Troll
Soins aux Créatures Magiques : Effort exceptionnel
Sortilèges et Enchantements : Effort exceptionnel

Notes aux ASPICs
Botanique : Acceptable
Défense Contre les Forces du Mal : Effort exceptionnel
Etude des Moldus : Optimal
Métamorphose : Optimal
Soins aux Créatures Magiques : Effort exceptionnel
Sortilèges et Enchantements : Optimal

Relations déjà établies :
S'il est une personne qui a compté dans la vie de Tam outre sa famille proche, c'est bien lui : Adam MacAdam. Aussi loufoque qu'elle, il a d'abord été son rival (c'est pas drôle, y en a un autre qui fait comme moi, c'est moins impressionnant si on est plusieurs à le faire), puis leur "différence" les a rapprochés... Complices autant qu'en compétition, il a été son seul partenaire de bêtises et autres facéties. On les a dit amants, on les a dit ennemis, une chose est sûre, il serait très compliqué de décrire précisément leur relation en quelques mots, et quand bien même souhaiterait-elle en parler sérieusement - ce qui n'est pas près d'arriver - elle serait bien en peine d'expliquer précisément leurs liens.

[Et je suis ravie qu'il soit joué prochainement ^^]


Dernière édition par le Dim 10 Fév - 20:36, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bb-demain.forum-actif.net
Tamara O. Fitzgerald
Professeur de métamorphose
Tamara O. Fitzgerald

Messages : 32
Date d'inscription : 19/12/2007

Feuille de personnage
Maison:
Fonction: Sorcier du monde
Matière préférée:

MessageSujet: Re: Tamara O. Fitzgerald, Métamorphose   Mer 26 Déc - 4:09

CV :
Après ses ASPICs, elle est revenue à Falmouth, s'occuper de sa mère, atteinte d'un cancer en phase terminale, puis de son père, qui ne parvint jamais à vraiment se remettre de la disparition de son épouse, et à qui Tam ne réussit pas à redonner le goût de vivre, malgré tous ses efforts et ses pitreries. Pendant cette période, elle est devenue inexistante pour le monde extérieur, ne s'occupant que de ses parents, refusant que quiconque pût entrevoir ce qu'elle s'efforçait de masquer mais qui ne devait guère faire illusion bien longtemps : la peur. Peur de se retrouver seule, isolée de tous. Sans ses parents, sans Adam, à qui elle refusait de montrer le revers de la médaille... On a beau être quelque peu singulier, on a toujours besoin de quelqu'un à qui se raccrocher, même si elle refusait de l'admettre.

Orpheline en moins d'un an lorsque son père fut tué en mission, elle n'a jamais porté le deuil, rétorquant à ceux qui lui posaient la question qu'ils n'étaient pas mort dans son coeur, et puis de toute façon, le noir, c'est trop triste. Et puis c'était pas une surprise, non plus. "Ce sont les risques du métier"... Jolie façade que voilà...

Dès la rentrée suivante, elle était partie à l'Université de Brocéliande, sans doute autant par besoin d'éloignement que pour y étudier l'Histoire de la Métamorphose et la pédagogie, durant trois années où elle n'eut de cesse de contredire les professeurs et leurs idées rétrogrades. Ce qui ne l'empêcha pas de décrocher son diplôme avec les honneurs. Après tout, qu'avait-elle d'autre à faire sinon que de travailler, sans personne avec qui s'amuser ? Oh... Elle continuait bien, bien sûr, à jouer son rôle de gentille fofolle, et à faire quelques bêtises, par ci par là, quand le système devenait trop pesant et ennuyeux, mais seule, ça n'avait plus tout à fait le même goût, le même plaisir. Bien sûr, elle ne l'aurait avoué pour rien au monde, mais... Dire que même les lutins et autres farfadets ne jouaient pas avec elle, c'était un comble !

Etrangement, elle n'a jamais contacté, même alors, celui dont elle a pourtant été le plus proche depuis sa troisième année. Ceci étant, pour elle, il n'avait pas tenté de la contacter non plus. Pourtant, si elle avait su... Le Ministère devait bien savoir où elle se trouvait... Mais finalement, que ça ne parvienne pas jusqu'à ses oreilles, ça n'était pas si mal. Elle songeait que, sans doute, leurs chemins avaient bifurqué depuis bien trop longtemps. Et elle était entrée à Beaux-Bâtons, pour y enseigner "à sa manière". Son credo : "On apprend mieux en s'amusant". Malheureusement, la directrice rétrograde finit par avoir raison de son endurance, et lorsqu'elle entendit parler de la réouverture de Poudlard pour l'année suivante, et du fait que McGo (la fameuse !) ne reprenait pas son poste (les potins vont bon train dans une école de filles...), elle a postulé, d'autant que la directrice connaissait bien son ancienne élève et ses capacités. "On ne sait jamais", c'était-elle dit, surtout que si le destin en avait voulu ainsi, ça n'était pas à elle de le contredire... Depuis la mort de sa mère, il fallait croire que les signes que celle-ci se plaisait à voir partout lui semblaient plus... importants qu'auparavant. Peut-être parce qu'ils réveillaient sa présence qui, malgré ce qu'elle voulait bien laisser entendre, lui manquait terriblement.

Alors elle était rentrée, avait réintégré la maison des Cornouailles qu'elle n'avait pas pu se résoudre à vendre. Elle avait hésité, un temps, à écrire à Adam. Mais pour lui dire quoi au juste ? Il y avait certaines choses qu'elle voulait bien avouer, d'autres qu'elle préférait taire, et elle redoutait qu'il ne put lire à travers les lignes ce qu'elle souhaitait dissimuler, pire, si elle le revoyait, qu'il déchiffre trop aisément son visage qu'elle voulait pourtant jovial. Alors elle n'avait pas couru le risque, et avait renoncé à toute missive. Maman disait toujours que ce qui doit arriver serait inéluctable, et que ce qui ne doit pas être n'adviendrait pas, malgré tous les efforts qu'on puisse faire. Alors soit. Advienne que pourra.

Post en cours :
Tam ouvrit la porte de la salle de classe en sautillant, puis se dirigea vers son bureau, fredonnant un air dont seuls quelques "la, la, la" semblaient compréhensibles, ses boucles rouges virevoltant au gré de ses pirouettes autour de son visage. La tête légèrement penchée sur le côté, elle inspecta le tableau, puis d'un coup de baguette, y fit apparaître comme à la craie le sujet du cours de cet après-midi.

"Métamorphose : Quelques bases historiques et pratiques".

Rébarbatif au possible... Sa baguette virevolta encore un peu et les lettres joliment tracées à la craie blanche s'égayèrent de rose, de vert, d'orange, de mauve et de turquoise. Bien sûr, les élèves comprendraient qu'ils s'amuseraient ici. Bien sûr ? Lorsque ces charmantes têtes blondes entrèrent dans la classe et s'installèrent, en silence, ou bavardant entre eux, pas le moins du monde attentifs à son joli tableau, un large sourire éclaira le visage de la prof, et elle salua tout un chacun de sa voix cristalline.

- Bonjour à tous, et bienvenus à votre premier cours de Métamorphose pour cette année.

Elle ne doutait pas qu'ils soient tous passionnés par cette matière, comment pouvait-il en être autrement ? Elle aurait pu, comme son prédécesseur, se changer en hermine et attendre leurs réactions, mais ça n'aurait été que copier bêtement et elle n'aimait pas faire comme tout le monde. Sur les tables trônaient de petites cuillères tout ce qu'il y a de plus simple, sans fioriture, sans même ces quelques lettres qui en déterminent la matière. Tout à l'heure, ils tenteraient pour la première fois de changer au moins en partie ces petits objets. Elle savait que c'était quelque chose de difficile, ses propres premières années n'étaient pas si loin, et les autres s'étonnaient toujours qu'elle arrive, elle, à réussir certaines transformations alors que la plupart s'évertuaient en vain... Tout à l'heure.

Pour l'heure, c'était au tour des présentations, et elle donnerait quelques bases de l'histoire de la magie à ces chers élèves de première année dès que chacun aura parlé un peu de lui. Ah ! Les premiers cours étaient toujours un peu angoissant, il fallait qu'elle les mette à l'aise.

- Je sais que tout le monde n'aime pas trop ça, mais je vais vous demander de vous présenter l'un après l'autre, histoire que je vous connaisse un peu mieux. Mais ça ne serait pas juste que je n'en fasse pas autant, alors je vais ouvrir la marche.

Sur ces mots, elle sautilla de son bureau à l'allée centrale et fit un tour sur elle-même avant de s'incliner devant tous.

- Je suis Tamara Onenn Fitzgerald, votre professeur de Métamorphose. J'ai 21 ans, et j'ai passé mes ASPICs ici il y a quatre ans. Vos camarades ont connu mon prédecesseur, Mrs MacGonagall, je la remplace à compter de cette année, et comme vos aînés vous le chuchoteront sans doute, nos manières de procéder sont quelque peu... différentes...

Un doigt sur les lèvres comme pour manifester par la gestuelle la confidence qu'elle venait de leur faire, elle ponctua ses propos d'un clin d'oeil, et reprit tout sourire, les doigts croisés devant sa poitrine.

- Que dire de moi en deux mots... Je suis Cornouaillaise et animage, deux qualités dont vous risquez d'entendre parler assez souvent. Certains d'entre vous savent peut-être déjà ce qu'est être animage... Pour les autres, la théorie vaut bien la pratique dans un cas comme celui-ci, donc...

Elle se changea en hermine et sauta sur la table la plus proche, puis reprit sa forme humaine.

- Un animage, c'est ça. Je peux me changer en hermine, à l'exclusion de tout autre forme. Parmi vous, peut-être, quelques-uns déclareront cette capacité. Je vous préviens, c'est pas toujours drôle, le Ministère vous a drôlement à l'oeil dans ces cas-là.

Elle sauta de la table où elle s'était installée, balançant ses pieds au rythme de ses propos et retourna derrière son bureau, penchées en avant les coudes sur la table, la tête posée sur ses doigts noués.

- Que vous dire d'autre... ? Mmmh... J'aime la musique, la danse et le théâtre... bref, plein de choses inutiles, tant que c'est joli.

Elle laissa planer le silence un instant, comme si elle cherchait quoi ajouter, puis se redressa d'un coup, pour applaudir deux fois et sourire à l'assemblée.

- A vous maintenant. Commençons par... disons vous !

Elle désigna d'une main non pas un élève à une extrémité de la salle, mais au beau milieu de la classe, et l'invita d'un geste à se lever, puis elle hocha la tête, comme pour l'inviter à parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bb-demain.forum-actif.net
 
Tamara O. Fitzgerald, Métamorphose
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Règlement du cours de Métamorphose
» Deuxième cours de Métamorphose (Deuxièmes années)
» Examen de métamorphose pour tous les élèves
» Tamara Kobosa
» Tamara Clark

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts' Tomorrow :: Bien débuter :: Grimoire des inscriptions :: Fiches validées adultes-
Sauter vers: